Ces derniers temps des informations concernant une probable occupation de l’état turc envers Afrin prennent leur place dans l’ordre du jour. Que pensez-vous de ce sujet et pensez-vous vraiment qu’une guerre peut commencer à Afrin et Shaba ?

 

Il y a certaines informations concernant Afrîn et ce sujet-là est beaucoup traité par les médias. La politique de l’Etat turc a été sans succès, surtout en Syrie, au Moyen-Orient et au Kurdistan de l’Est (Rojava). Si la Turquie intervient à Afrîn, c’est que la Russie, l’Iran et la Syrie l’ont approuvé. En effet, autrement cela n’est pas possible. L’opinion publique doit être conscient que c’est seulement avec l’accord de ces pays que la Turquie interviendra à Afrîn, surtout avec l’accord de la Russie qui joue un rôle important dans cette affaire.

La Turquie est intervenue à Jarablus et à Al-Bab avec l’accord de la Russie et de la coalition internationale, c’est pourquoi il s’agit d’une affaire interétatique. L’Etat turc fait des concessions et de cette façon, il essaye de se frayer un chemin. Ainsi, la Turquie veut s’implanter dans certaines zones de la Syrie. Pour atteindre ce but, ce dernier essaye de jouer la carte diplomatique et militaire ; d’ailleurs, ses forces armées sont déjà prêtes.

Néanmoins, lorsque DAESH a attaqué Kobanê, nous avons dit que « Kobanê sera Stalingrad et l’attaque de DAESH à Kobanê sera le début de sa fin ». Entre temps, trois années se sont écoulées et c’est bien comme ça que cela s’est passé. Kobanê est devenue Stalingrad, voire bien plus. Et cela a été le début du déclin de DAESH. Aujourd’hui, l’heure est au déclin de la capitale de DAESH.

Maintenant nous disons la même chose. Si l’Etat turc attaque Afrîn, cela sera le début de la fin du régime de l’AKP-MHP. En effet, le peuple d’Afrîn résistera et une grande guerre éclatera. Et c’est les peuples du Kurdistan qui gagneront cette guerre, c’est pourquoi entrer dans Afrîn n’est pas si facile. De toute façon, il y a déjà une guerre, l’Etat turc attaquant de Jindires à Shahba avec des tanks, des armes et des obus. Ils ont un conflit d’intérêts à Shahba, qui est un lieu relié à Efrîn.

Sur ces terres vivent en majorité des Kurdes, mais aussi des Arabes et des Turkmènes. Ils veulent occuper la zone de Shahba, qui va de Tal-Rifaat à Minixe. Une attaque peut être envisagée. Par contre, ils ne pourront pas attaquer toute la ville d’Afrîn si facilement. Cela sera une situation très difficile pour eux. Ils subiront le même revers que Daesh à Kobanê. Cependant, la Turquie pourrait attaquer depuis la ligne de Shahba. Bien évidemment, les forces de Jaysh Al-Sowar sont sur place. Les Arabes, les Turkmènes, les Kurdes et les forces du YPG-YPJ sont également présents. C’est-à-dire qu’il y a une guerre acharnée là-bas. Pourront-ils ou non le faire ?

Désormais, personne n’est sans défense face à l’Etat turc ; il ne peut pas intervenir dans les villes et occuper les terres comme il le souhaite. De plus, cette guerre ne se limitera pas aux frontières de Shahba. Une nouvelle occupation des terres des Kurdes par l’Etat turc peut se transformer en une nouvelle guerre Kurdo-Turque. Désormais, les Kurdes sont forts. Aujourd’hui, la révolution du Rojava est une grande force. Ce que les grandes armées n’ont pas réussi, les forces du YPG-YPJ le réussissent à Raqqa et ses environs. Si l’armée turque intervient, elle verra face à elle une résistance acharnée. C’est comme cela que nous le pensons et c’est en cela que nous croyons.

Notre peuple d’Afrîn est particulièrement patriote et résistant.  Nous le connaissons très bien. Face à une éventuelle attaque, il doit être prêt à tout. Ce processus est similaire à la troisième guerre mondiale et n’est pas prêt de s’arrêter. Une intervention de l’Etat turc accentuera davantage cette guerre. Plus le temps passe, plus les Turcs s’établissent en Syrie. Cette situation envenimera les problèmes. Le fait que la Turquie combatte sur la ligne de Shahba est une atteinte à la volonté des peuples en Syrie. Nous sommes convaincus que les peuples de Syrie adopteront une attitude exemplaire face à cette situation.

L’Etat turc réalise actuellement un génocide ethnique dans la ligne de Jarablus. En mettant les Arabes de côté, il essaye de partager entre ses alliés les terres qui appartiennent aux Kurdes. L’Etat Turc joue un très mauvais rôle ici car cela a des conséquences démographiques. Ceci est un crime. Si l’Etat turc intervient ailleurs dans le même but, il sera confronté à une très forte résistance.

 

Interview avec Murat Karayilan, membre du Comité Exécutif du PKK.

PARTAGER