En moins d’un mois, deux dirigeants d’Amnesty Turquie ont été touchés par la terrible répression qui s’abat contre la société civile en Turquie.

Le 5 juillet au matin, la Directrice générale d’Amnesty Turquie, Idil Eser, a été arrêtée avec sept autres défenseurs des droits humains et deux formateurs étrangers qui participaient à un atelier à Istanbul. Durant 24 heures, ils n’ont pas pu contacter leur famille ou leur avocat et leur lieu de détention était inconnu.

Ils sont plusieurs, dont Idil Eser, à être actuellement interrogés pour une présumée appartenance à une « organisation terroriste armée ». Ces suspicions ridicules et qui ne reposent sur aucune preuve doivent être immédiatement abandonnées et les 10 doivent être immédiatement libérées.

Il y a moins d’un mois, le 6 juin, Taner Kiliç, le Président d’Amnesty Turquie avait été arrêté avec d’autres avocats. Il est accusé à tort d’appartenir à l’« organisation terroriste fethullahiste ».

Signer la pétition : Liberté immédiate pour le président d’Amnesty Turquie

Ces attaques à l’encontre des défenseurs des droits humains sont de plus en plus fréquentes en Turquie. Elles sont inacceptables. Alors que débute le G20, les dirigeants des pays membres ne peuvent pas rester silencieux face à ces attaques répétées du pouvoir d’Ankara contre la société civile turque. Ils doivent demander au Président Erdogan la libération immédiate de ces huit défenseurs des droits humains et de leur formateur.

En Turquie, les défenseurs des droits humains sont harcelés et attaqués. Il est temps que cela cesse.

PARTAGER