Vive la révolution du Rojava !

Le 19 juillet 2012 marque le début de la révolution du Rojava (Ouest-Kurdistan, Syrie) qui est partie de Kobanê, avant de s’étendre à Efrîn et Cizîr. Dans ces trois régions proclamées cantons autonomes, les Kurdes, ensemble avec les autres communautés ethniques et religieuses de la région (Arabes, Turkmènes, Arméniens, Syriaques), se sont engagés dans la construction d’un système alternatif d’autogestion basé sur l’égalité, la démocratie participative et le respect mutuel entre les différentes communautés.

Malgré l’embargo et les offensives menées de toutes parts, notamment par le régime syrien, la Turquie et l’organisation dite de l’Etat islamique (Daesh) soutenue par l’Etat turc, les cantons de Kobanê, Djizirê et Efrîn ont résisté. A Kobanê, entre septembre 2014 et janvier 2015, les Unités de Protection du Peuple et de Protection des Femmes (YPG/YPJ, forces d’autodéfense du Rojava) ont opposé à Daesh une résistance inouïe et ont réussi, contre toute attente, à chasser l’organisation terroriste de la ville.

Depuis la libération de Kobanê, les Kurdes, alliés à des forces arabes au sein des Forces démocratiques de Syrie (FDS) sont toujours en première ligne dans la lutte contre Daesh. Après avoir libéré une grande partie du nord de la Syrie, les FDS avancent aujourd’hui dans Raqqa considérée comme la capitale de Daesh.

La résistance contre Daesh ne s’est pas limitée au Rojava : en août 2014, alors que les Peshmergas de Barzani se retiraient de Shengal (Sinjar en arabe), peuplée majoritairement de Kurdes yézidis (membres d’une confession non-musulmane particulièrement visée par Daesh), laissant cette population sans défense face à l’invasion imminente de Daesh, les YPG/YPJ ont franchi la frontière avec le Kurdistan d’Irak pour la défendre.

Dans la violence et la guerre pour le pouvoir qui empoisonnent la Syrie depuis huit ans, le Rojava représente un rempart contre tous les intégrismes et un espoir immense pour la paix et la démocratie. Cependant, cet espoir est menacé par les attaques incessantes de la Turquie qui agresse aujourd’hui le canton d’Efrîn.

Pour donner une chance à la paix et la démocratie en Syrie et au Moyen-Orient, nous appelons les peuples, les organisations de la société civile et toutes les personnes attachées à la liberté, à la paix et à la démocratie à :

  • Soutenir la reconnaissance des cantons autonomes du Rojava et le développement de l’autogestion démocratique,
  • Soutenir la résistance contre Daesh,
  • Faire pression sur la communauté internationale pour que la Turquie soit sanctionnée du fait de ses agressions contre le Rojava et de son soutien à Daesh.
SourceCDK-F
PARTAGER