L’armée turque et Al-Qaïda en action sur ordre d’Erdogan

Le groupe djihadiste Hayet Al-Tahrir (précédemment connu sous le nom de Front Al-Nusra et Al-Qaïda) basé à Idlib a procédé à des tirs d’artillerie contre la région kurde d’Efrîn, juste après les déclarations d’Erdogan samedi. Le groupe extrémiste a ciblé les villages d’Iska et de Celeme, au sud du canton d’Efrin.

L’armée turque a par ailleurs bombardé les positions des forces kurdes des YPG (Unités de Protection du Peuple), dans le village de Dir Belot, près du district de Şiyê (Shaykh al-Hadid).

Tard samedi, les groupes extrémistes et l’armée turque ont attaqué les villages de Qere Baba, Ferferke et Pira Hesrekiya, près de la frontière turque.

Des sources locales ont indiqué que l’armée turque, stationnée dans la région d’Azaz, à l’ouest d’Alep, avait pris pour cible les villages du district de Shera, dans le canton d’Efrîn, avec des tirs de mortier. Jusqu’à présent, sept obus de mortier ont été tirés, l’un d’eux est tombé dans une zone d’habitation, dans le village de Kafar Jannah, et les autres dans des oliveraies et sur une route située entre les villages de Qetma et Kafar Jannah.

Les tirs continuent de façon intermittente jusqu’à aujourd’hui. Les sources locales ont également signalé de nouveaux déploiements de chars de l’armée turque dans la région.

Les troupes turques sont entrées à Idlib il y a trois mois, suite à un accord avec la Russie et l’Iran pour tenter de réduire les combats entre les forces gouvernementales pro-syriennes et les combattants rebelles dans la plus grande partie du territoire encore tenu par les insurgés. Cependant, les quelques postes d’observation que l’armée turque dit avoir établis sont proches de la ligne de démarcation entre les terres rebelles arabes et la région d’Efrîn contrôlée par les Kurdes.

En 2016, la Turquie a lancé son offensive militaire « Bouclier de l’Euphrate » dans le nord de la Syrie pour repousser l’État islamique de la frontière et empêcher ainsi la jonction des régions contrôlées par les Kurdes.

“Avec l’opération « Bouclier de l’Euphrate », nous avons coupé le couloir terroriste au milieu, nous les avons frappés une nuit par surprise; avec l’opération d’İdlib, nous sommes en train de détruire l’aile ouest”, a déclaré Erdogan, faisant référence à Efrîn.

Il a également déclaré que la Turquie pourrait chasser les Kurdes de la ville de Manbij située à l’ouest de l’Euphrate.

Les habitants de Manbij protestent contre l’invasion turque

Plusieurs centaines de personnes sont descendues dans la rue dimanche à Manbij pour protester contre la Turquie et d’autres puissances étrangères qui veulent semer le chaos dans la région

Les manifestants ont défilé dans les rues de la ville avec des banderoles “Non à l’occupation turque”, “S’élever pour l’amour de la Syrie et la paix”, “Non à l’oppression, oui à la paix et la fraternité du peuple “.

Manbij avait été libérée de Daesh en 2016 par les Forces Démocratiques Syriennes (FDS).

Notre appel et nos demandes à la communauté internationale:

➢ Efrîn a été l’une des régions les plus stables et les plus sûres de Syrie au cours des cinq dernières années. C’est pourquoi, elle héberge actuellement autant de réfugiés que le nombre initial de ses habitants. L’ONU et la Coalition Internationale doivent assurer le maintien de la stabilité et de la sécurité d’Efrîn et la protéger contre les attaques externes.

➢ Efrîn n’est pas une menace pour la Turquie et n’a jamais attaqué qui que ce soit. L’Etat turc attaque Efrîn pour entraver les avancées kurdes. Cette réalité ne doit pas être négligée, les attaques de l’Etat turc doivent être prévenues.

➢ La Russie qui a le contrôle de l’espace aérien d’Efrîn, ne doit pas être spectatrice des attaques de la Turquie et doit empêcher toute agression.

➢ Les attaques de l’Etat turc contre Efrîn, le Rojava et le nord de la Syrie dans son ensemble sont bénéfiques à Daesh et d’autres groupes salafistes. La Coalition Internationale contre Daesh doit prendre des mesures préventives et empêcher les attaques de l’armée turque.

➢ L’État turc est une force d’occupation en Syrie. La communauté internationale doit obliger l’armée turque à quitter le sol syrien.

PARTAGER