OFFENSIVE TURQUE CONTRE EFRIN, CONTRE LE ROJAVA !

L’armée turque a  attaqué par les airs (76 chasseurs bombardiers engagés) la ville kurde d’Êfrin . Les bombardements ont déjà fait des dizaines de blessés civils. Des troupes terrestres on commencé à entrer dans l’enclave d’Êfrin, appuyées par les milices djihadistes de l’ASL, menaçant de faire d’Êfrin un nouveau Kobanê.

Les Kurdes de Syrie (avec leurs forces armées, les YPG) et leurs alliés arabes (avec lesquels ils ont formé les FDS, Forces Démocratiques de Syrie) ont été le fer de lance de la résistance et de la reconquête contre Daesh, mondialement salués. Ils ne demandent maintenant qu’à vivre en paix. Le système confédéral qu’ils ont choisi de mettre en place au Kurdistan syrien (dont – contrairement aux informations erronées ou malveillantes parfois distillées- ils ne demandent pas l’indépendance) ne peut que contribuer au développement de la démocratie et à l’instauration d’une paix durable au Moyen-Orient.

Depuis plusieurs mois, l’armée turque préparait ouvertement une offensive contre le canton  d’Efrîn. Le dictateur Erdogan ne s’en cachait pas et tout le monde le savait lors de sa récente venue en France ! Elle occupe déjà, en toute illégalité, un pan de territoire au nord-ouest de la Syrie, le long de sa frontière, où elle a renforcé le déploiement de ses forces et de son artillerie.

La région d’Efrîn était  jusqu’à présent l’une des zones les plus sûres de Syrie, ce qui explique qu’elle abrite autant de réfugiés que le nombre de ses habitants, avec parmi ces réfugiés, des centaines de Yezidis qui avaient fui le massacre perpétré contre eux par Daesh et de nombreuses familles de la région d’Idleb qui ont fui la terreur imposée par les milices djihadistes armées et financées par la Turquie.

La Turquie n’a rien à faire en Syrie. Son intervention constitue une ingérence inadmissible contre laquelle nous appelons la communauté internationale à prendre des mesures d’urgence.

A Paris, une première manifestation a déjà eu lieu samedi 20.

Partout en France il faut  faire savoir au Sultan Erdogan que nous n’acceptons pas sa politique criminelle.

Nous exigeons du Président Macron et de son gouvernement une condamnation claire  de l’agression turque, beaucoup plus nette que l’appel « à la retenue » du ministre Le Drian. Partout, nous appelons à interpeler nos député-e-s pour qu’ils/elles prennent position et demandent une condamnation par la France.

L’Europe doit enfin réagir contre le régime liberticide et dictatorial d’Erdogan  et prendre  de véritables sanctions économiques et politiques contre lui.

RASSEMBLEMENT SAMEDI 27 JANVIER – 15 h

PLACE DE LA REPUBLIQUE – PARIS

Paris le 22 janvier 2018

Alternative Libertaire – Amis du Peuple Kurde en Alsace – Amitiés Corse Kurdistan –  Amitiés Kurdes de Bretagne (AKB) – Amitiés Kurdes de Lyon Rhône Alpes –  Association Iséroise des Amis des Kurdes (AIAK)  Association Solidarité France Kurdistan –Centre d’Information du Kurdistan (CIK) – Conseil Démocratique Kurde de France (CDKF) – Ensemble – Mouvement de la Jeunesse Communiste de France – Mouvement de la Paix –  Mouvement des Femmes Kurdes en France (TJK-F)- MRAP (Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié́ entre les Peuples) –  Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) – Parti Communiste Français (PCF) – Réseau Sortir du Colonialisme – Union Démocratique Bretonne (UDB)) – Union Syndicale Solidaire – Solidarité́ et Liberté́ (Marseille)

PARTAGER