Depuis la confirmation par l’Assemblée nationale de Turquie des élections législatives et anticipées qui ont eu lieu aujourd’hui, le parti de l’AKP, conscient du réel danger que pourrait représenter ces élections concernant sa perte de pouvoir, tente par tous les moyens de stopper les électeurs du HDP et les personnes solidaires avec le parti des peuples. Le 15 juin, les partisans d’Erdogan attaquaient des commerçants pro-HDP à Suruc, dans la province d’Urfa. 3 membres d’une même famille ont été tués par balle et 9 personnes ont été blessées.

Aujourd’hui, les évènements qui ont lieu dans les villes du Nord-Kurdistan (Turquie) prouvent encore une fois qu’Erdogan a plus que jamais peur de la défaite : fraudes, irrégularités, vols, menaces, pressions, arrestations et assassinats. Il tente notamment par tous les moyens de stopper et étouffer la voix des représentant(e)s et journalistes venus en Turquie pour suivre les élections et dénoncer les fraudes. À Agri, 3 membres de la délégation du Parti Communiste Français (PCF) ont été arrêtés à un point de contrôle puis remis en liberté à la fin des élections.

Une autre délégation française a été interdite de circuler dans la ville de Diyarbakir alors que trois journalistes ont été mis en garde à vue.

Par ailleurs 5 autres membres d’une délégation française qui étaient sur place pour observer le déroulement des élections ont été placés en garde à vue à Suruç.

Des élections démocratiques ne peuvent avoir lieu dans de telles conditions. Nous sommes conscients de la fraude massive et de la violence à laquelle font face les électeurs et les délégations internationales en Turquie, c’est pourquoi nous appelons toutes et tous à être aujourd’hui, plus que jamais aux côtés du HDP et du peuple kurde.

PARTAGER