Les Mouvements Kurdes de France et d’Europe ont débuté une grève de la faim pour dénoncer la dictature de Recep Tayyip Erdogan qui piétine les droits humains.

Le Parti communiste français (PCF) apporte un soutien total aux démocrates de Turquie, au peuple kurde, à la députée Leyla Guven ainsi qu’au Mouvement des femmes kurdes dans la lutte engagée pour la paix, la démocratie et la reconnaissance des droits politiques et culturels des kurdes de Turquie.

L’autoritarisme populiste d’Ankara plonge, par sa politique néolibérale, le pays dans une crise économique sans précédent et polarise les fractures de cette société. Il attise la guerre meurtrière contre les Kurdes, il persécute les Alévis tandis qu’un conservatisme sunnite moralisateur, intrusif et paternaliste s’attaque aux libertés et plus particulièrement à celles des femmes.

Ce régime d’exception multiplie les purges, autorise l’arbitraire contre les démocrates alors que s’accroît la paramilitarisation de l’appareil d’Etat.

Depuis 2015, R.T. Erdogan a déclenché une guerre ouverte contre les Kurdes : arrestation de dizaines d’élu-e-s et de 5 000 militant-e-s du HDP, destruction de villes…

Alors que la Cour européenne des Droits de l’homme vient, par un arrêt, d’exiger la libération de l’ex co-président du HDP, Selahattin Demirtas, Recep Tayyip Erdogan a rejeté cette perspective en violation de la Convention européenne des droits de l’homme et de la Charte universelle des droits humains.

Abdullah Ocalan, dirigeant du PKK, est qu’en à lui emprisonné à l’isolement depuis des années, sur l’île d’Imrali, au mépris de toutes conventions internationales et européennes. Il subit un traitement inhumain qui n’entame pas sa détermination à ouvrir les chemins de la paix en Turquie. Sa libération et le retrait du PKK, dont les combattant-es ont affronté avec courage Daesh en Irak et sauvé la vie à des milliers de kurdes yézidis, des listes d’organisations interdites par l’UE constitueraient de véritables pas vers la paix en Turquie et dans la région.

La Turquie conduit de plus une politique expansionniste et criminelle en Syrie, notamment depuis l’annexion du canton d’Afrin. Elle constitue des « djihadistan » lourds de dangers pour la région, tout en multipliant les provocations pour briser l’expérience démocratique et émancipatrice du Rojava.

Le PCF appelle à la mobilisation et à la solidarité pour dire STOP ERDOGAN !

La France et l’Union européenne doivent mettre un terme à leur complicité coupable avec R.T. Erdogan. Elles doivent agir pour la libération de tous les prisonniers politiques et condamner sans équivoque ce régime dictatorial.