Hier matin, on a découvert sur la façade du restaurant kurde Mala Bavo, situé dans le 2ème arrondissement de Paris, des tags antikurdes contenant des propos injurieux et appelant au génocide des Kurdes.

Le CDKF condamne fermement cet acte raciste et haineux commis, selon toute vraisemblance, par des fascistes turcs, et exprime toute sa solidarité et son soutien au propriétaire du restaurant qui a déclaré hier que ces inscriptions ne lui faisaient pas peur et qu’il continuerait, comme il l’a toujours fait, à afficher les couleurs kurdes dans son local.

Voilà des années que les réseaux islamo-fascistes pro-Erdogan se développent et prolifèrent en Europe et particulièrement en France, sans que les autorités des pays concernés ne prennent de mesures pour empêcher ce fléau. Ce laisser-faire a eu des conséquences graves avec l’exécution, le 9 janvier 2013, de trois militantes kurdes au cœur de Paris, par les services secrets turcs (MIT), un triple assassinat que la France n’a jamais jugé, faute de volonté politique et de courage face au dictateur Erdogan.

Ces réseaux fascistes agissent partout en France pour entraver, non seulement les activités des organisations kurdes, mais aussi tous les événements ayant pour thème les Kurdes ou le Kurdistan. Régulièrement, des conférences et manifestations diverses sont empêchées par les préfectures du fait de la pression et des menaces des membres de ce réseau. En dernier lieu, le 8 mars, la tenue d’une conférence sur le Rojava au nord de Lyon a été empêchée par la police française suite à des pressions exercées par un groupe de Turcs.

Il est inadmissible que les autorités françaises laissent l’islamo-fascisme turc importer en France la répression et les menaces exercées contre les Kurdes par le régime dictatorial d’Erdoğan. Nous les appelons à prendre des mesures urgentes pour prévenir et sanctionner ces actes graves.