Vendredi 26 janvier 201806, Amitiés Kurdes Lyon et la Mairie du 1er arrondissement de Lyon tenaient une réunion publique pour le troisième anniversaire de la libération de Kobané. Dans un contexte sinistre : l’agression sauvage de la Turquie contre le canton d’Efrin au Kurdistan syrien.

Après qu’Elisabeth, secrétaire d’AKL, a présenté le déroulement de la soirée devant une centaine de personnes, Thierry, co-président, présente rapidement notre association.

Laurence Boffet prend alors la parole. Elue du 1er arrondissement de Lyon, elle apporte le soutien de la municipalité dont au connait l’engagement : la maire, Nathalie Perrin-Gilbert, vient d’ailleurs de signer dans la presse, avec 70 autres, une tribune de soutien à Efrin faisant des valeurs des kurdes d’Efrin : « liberté, égalité, féminisme, écologie » des valeurs à défendre …

Intervient ensuite Mireille Court (elle aussi signataire de la même tribune) : journaliste, auteure (entre autres !) de nombreux reportages filmés au Rojava. Elle évoque la vie quotidienne au Rojava (le Kurdistan syrien), les difficultés liées au blocus économique, l’eau contingentée par les barrages turcs sur l’Euphrate, la structuration politique démocratique qui se met en place en tâtonnant, les problèmes de la scolarisation, le statut des femmes qui les sort du traditionalisme…

Il revient à Khaled Issa, Représentant du Rojava en France, de conclure la soirée avant le débat. Il rappelle le rôle essentiel des kurdes des YPG dans la lutte contre Daesh, non pour s’en glorifier, mais pour montrer combien les « grandes » puissances et les institutions internationales l’ont vite oublié ! Il dénonce le rôle criminel joué par Erdogan, le tyran turc, qui jusqu’à aujourd’hui n’a pas hésité à s’allier avec Daesh et d’autres mouvements islamistes qui jouent aujourd’hui un rôle important aux côté des troupes turques dans la tentative d’invasion d’Efrin.

Dans la discussion qui suivra les interventions, Khaled rappellera que les buts des kurdes du Rojava ne sont pas de créer un Etat, mais « la construction d’un Etat fédéral à l’intérieur des frontières syriennes », démocratique, laïc (où chaque religion sera libre de s’organiser), multiculturel. Un principe dirige leur lutte : ne pas faire subir à d’autres ce qu’eux même supportent depuis des décennies…

La salle devant être libérée à l’heure dite, c’est à contre cœur que les participants ont dû la quitter… et poursuivre ailleurs les discussions !

amitieskurdesdelyon@gmail.com

PARTAGER