Jeudi soir, des avions de guerre turcs ont bombardé le camp de réfugiés kurdes de Makhmour, dans la région autonome du Kurdistan d’Irak, tuant quatre femmes, dont trois de la même famille.

Hier soir et ce matin, des milliers de réfugiés se sont rassemblés pour protester contre cette agression.

Condamnant les “attaques brutales de l’Etat turc”, le Coprésident du Conseil populaire de Makhmour, Huseyin Kara, a appelé à “l’union nationale contre les attaques de l’ennemi”. “Tout le monde devrait s’opposer à ces attaques brutales perpétrées par l’État turc et chacun devrait s’acquitter de ses devoirs patriotiques. Nous invitons toutes les forces, partis et organisations kurdes à l’union nationale”, a-t-il déclaré

Kara a souligné que pour bombarder le camp de Makhmour, l’armée turque avait avancé sur plus de 300 km dans le territoire irakien, et rappelé qu’une attaque aérienne similaire avait eu lieu, à peu près à la même période, l’année dernière, faisant plusieurs morts.

Il a par ailleurs dénoncé le silence de la communauté internationale “qui conforte la Turquie dans sa politique d’agression contre les Kurdes.”

“Cette nouvelle attaque barbare contre Makhmour a montré une fois de plus le vrai visage du gouvernement AKP-MHP. Nous avons 4 martyrs! L’Etat irakien et les Nations Unies [qui administrent officiellement le camp] doivent s’acquitter de leurs responsabilités », a conclu Huseyin Kara.

Le camp de Makhmour abrite près de 13 000 réfugiés, majoritairement des personnes ayant fui la répression sanglante de l’armée turque au Nord-Kurdistan, dans les années 90.