J’ai appris avec inquiétude la destitution, lundi 19 août, de Selçuk Mizrakli, co-maire de  la  municipalité  métropolitaine  de  Diyarbakir,  élu démocratiquement il y a 4 mois.

Depuis plus de 30 ans, les Villes de Rennes et de Diyarbak ir entretiennent des liens d’amitié et de coopération. Ce partenariat a malheureusement été mis en sommeil par la destitution puis l’arrestation des deux précédents co­ maires de Diyarbakir,en 2016.

Après trois ans d’administration directe par l’État, un scrutin s’est tenu en avril 2019, conduisant à l’élection de deux nouveaux co-maires par les habitants de Diyarbak ir. Face à cette situation nouvelle, notre conseil municipal, lors de sa séance du 24 juin dernier,avait unanimement émis le vœu que notre partenariat reprenne.

Cet été, une nouvelle fois, des maires ont été dest itués. Je réitère notre profond  attachement  au  respect  de  l’État de  droit  et  des principes démocratiques, qui protègent, en particulier, les représentants élus des pouvoirs locaux. Seul un dialogue politique ouvert permettra de parvenir à une solution durable à la question kurde.