Depuis le début de la civilisation humaine, des peuples ont été sacrifiées pour le bien-être des pays de plein pouvoir  qui contrôlent toujours le système. 


Les peuple  sont été utilisés et encore utilisés pour les intérêts du monde occidental. Tenant compte de l’événement récent, c’étaient les combattants kurdes qui étaient en première ligne pour lutter contre l’État islamique, ce qui constituait un réel danger pour les États au pouvoir et pour l’humanité.


Mais Erdogan veut affronter les Kurdes, pas l’État islamique. En termes de lutte contre l’État islamique en Syrie, les Kurdes étaient sur le front de la guerre pour vaincre l’État islamique.
Après avoir vaincu leurs ennemis, les mêmes États puissants ont commencé à trahir les Kurdes et, aujourd’hui, ils soutiennent la Turquie, un pays utilisé par les États islamiques pour son soutien logistique.


Aujourd’hui, les Kurdes ont été trahis et la récente visite du ministre français des Affaires étrangères en Turquie et son soutien au gouvernement Erdagon montrent que les pays puissants utilisent toujours les populations pour leurs propres intérêts.

La France, devais pas tomber dans le piège de Erdogan, et devait comprendre qui sont leurs vrais amis et devait arrêter la criminalisation des responsables et activistes du Conseil démocratique kurde en France (CDK-F).


Nous, Tamouls de l’île, de Sri Lanka victimes et peuples  sacrifiés pour les intérêts géopolitiques de ces États puissants, appelons à  ces États à cesser d’utiliser et de sacrifier l’humanité et de savoir qui sont leurs vrais amis et protecteurs.

Communiqué du Centre de protection des Droits du Peuple Tamoul
Paris, le 20 juin 2019