Communiqué de l’Union des Communautés du Kurdistan (KCK)

Le 9 octobre, le gouvernement irakien et le gouvernement régional du Sud-Kurdistan (KRG) ont déclaré avoir conclu un accord sur l’avenir du Sinjar (Shengal). Jusqu’à présent, les détails de l’accord n’ont pas été communiqués au public. Réagissant à cette déclaration, le Conseil de l’Administration autonome démocratique du Sinjar a indiqué qu’il n’avait pas été informé de cet accord, ni invité à prendre part à sa négociation. Il a déclaré qu’il n’accepterait aucune décision qui ne tiendrait compte de la position de l’Administration autonome démocratique et du peuple du Sinjar. Le peuple yézidi, les partis yézidis, ainsi que des dizaines de députés irakiens et des chefs de communautés ont manifesté leur soutien la déclaration de l’Administration autonome démocratique de Sinjar. Nous exprimons, à notre tour, notre soutien à la déclaration de l’Administration autonome qui représente le peuple du Sinjar.

Les forces qui ont laissé notre peuple yézidi sans défense face à l’attaque génocidaire de l’EI le 3 août 2014, qualifient d’illégaux les groupes qui ont sauvé les Yézidis et les appellent à partir. C’est inacceptable. Le statut de l’Administration autonome démocratique du Sinjar est légitime et officiel. Aujourd’hui, les forces qui ont abandonné les Yézidis à leur sort veulent supprimer celles qui ont défendu les Yézidis. Cela n’est acceptable, ni politiquement, ni moralement. Les forces qui se sont enfuies face aux attaques de l’EI, laissant les djihadistes enlever les femmes yézidies et les vendre sur les marchés d’esclaves, osent aujourd’hui décider de l’avenir du peuple yézidi et du Sinjar. C’est totalement inacceptable.

Tout accord ou négociation qui n’inclut pas l’administration autonome démocratique du Sinjar et le peuple équivaut à ignorer la volonté de notre peuple kurde-yézidi vivant dans le Sinjar. La signature de cet accord sous la supervision de l’ONU aggrave encore la situation actuelle. Cela signifie que la diplomatie secrète, le fait accompli et les massacres contre notre peuple yézidi vont se poursuivre à l’avenir.

La propagande des médias pro-PDK (Parti démocratique du Kurdistan) exigeant le retrait des forces du PKK (Parti des Travailleurs du Kurdistan) de la région illustre l’objectif caché de cet accord. Les forces des HPG (Forces de Défense du Peuple) ont sauvé notre peuple yézidi d’un génocide. Une fois leur tâche accomplie, elles se sont retirées de la région, confiant la défense du Sinjar aux forces YBŞ et YJŞ. Ces dernières sont composées de personnes originaires de Sinjar.

Nous condamnons cette politique du PDK qui suit la ligne de propagande de l’État turc.

Il est tout à fait naturel que le peuple yézidi du Sinjar joue le rôle central dans la discussion sur l’avenir de l’administration autonome chargée de gouverner et de défendre la région. Un mécanisme de négociation et de prise de décision concernant l’administration autonome doit être mis en place. Des mesures ne tenant pas compte de ces considérations sont dangereuses et inacceptables.

Notre peuple doit prendre partout une position claire contre ces plans. Depuis six ans, un système autonome d’autogestion et d’autodéfense est en place dans le Sinjar. Une lutte constante est nécessaire pour défendre et faire connaître ce système. Nous appelons toutes les institutions internationales – en premier lieu l’ONU – à adopter une position claire contre ces politiques erronées qui mettent en danger l’avenir et la vie de notre peuple yézidi.

Conseil des relations extérieures de la KCK